Logements collectifs La Seine du balcon - AUM architecture - Pierre Minassian

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Le projet de résidence étudiante « Les Balcons » est conçu par Pierre Minassian et son agence AUM de Lyon en collaboration avec le promoteur immobilier Vinci au cours de l’année 2017 à Paris.  Afin de répondre au mieux aux besoins des étudiants une recherche approfondie a été menée sur le programme résultant en 2800 m² de locaux communs et 96 studios.

En quête d’honnêteté architecturale le projet fait refléter cette diversité du programme dans son travail plastique des volumes et leurs enveloppes.  Ainsi deux entités sont nées. Le visiteur rencontre d’abord le socle se développant comme une nappe et accueillant les espaces communs.  En tant que le lieu où l’homme débute sa vie adulte l’espaces partagés portent une importance particulière et donc se retrouvent au rez-de-chaussée – de cette manière des rencontres naissent dès  le seuil du bâtiment. Les locaux partagés intérieurs sont prolongés vers l’extérieur par une terrasse végétalisée sur la toiture du socle au premier niveau afin d’offrir un lieu de respiration dans la ville minérale.

Un volume contenant les logements se perche ensuite sur le socle. Encore une fois l’architecte décide de faire refléter le fonctionnement intérieur du bâtiment sur l’extérieur et par la suite ceci donne l’identité au projet. Il propose de développer davantage l’espace intime de chaque habitant en lui offrant une prolongation du studio vers l’extérieur avec une grande baie vitrée et un balcon.

C’est ce dernier qui dessinera la façade. En tirant des dalles vers l’extérieur pour former les balcons et en laissant le béton noir apparent, une sobriété maximale est atteinte. Le traitement des balcons dynamisera ensuite la façade : ils sont extrudés dans deux directions afin de lui  donner un rythme régulier. Les garde-corps en verre rajoutent un jeu de transparence à son dessin avec le changement de l’ensoleillement le long de la journée.  Afin de donner l’impression de légèreté dont la ville a besoin le socle est enveloppé avec une répétition régulière de lamelles fines en acier dont les teintes chaudes se rapprochent aux reflets des balcons au coucher du soleil.

Afin d’offrir la beauté du béton noir brut autant aux passants qu’aux habitants le béton est coffré avec un isolant ce qui permet d’avoir un matériau unique à l’intérieur et à l’extérieur. Ce projet HQE (de haute qualité environnementale) est respectueux  de l’environnement  et répond au label BBC.

 

aum architecte minassian

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Situé le long du Københavns Havn – le port de Copenhague, au Danemark, le projet de pavillon d’exposition conçu par Pierre Minassian et son agence AUM de Lyon vise à offrir à la collection impressionnante d’architecture contemporaine de la capitale danoise un exemple de son sensibilité plastique.

En  s’insérant dans l’environnement exceptionnel de Copenhague le projet tend sa main aux formes organiques du jeu entre la terre et l’eau dessinant le paysage du pays afin d’émerger en tant qu’une ode maitrisée et épurée de sa nature. Le pavillon dresse un noyau en verre autour duquel gravitent des anneaux en béton brut qui, chacun à son tour, se développent en plateformes jouant le rôle simultanément  d’espaces d’exposition et  des belvédères regardant le paysage. En cherchant l’origine des anneaux dans l’esplanade le projet mène le visiteur à travers une promenade architecturale proposant en même temps une visite inédite de la ville qui aboutit à son sommet donnant sur une vue unique sur Copenhague. Le choix de matériaux tels que le béton brut et le verre contribuent à la sobriété qui donne la pureté nécessaire aux  courbes du projet.

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

La Maison au bord du Lac est un projet commandé à notre agence d’architectes par un couple avec deux enfants durant l’année 2011. Ce projet se situe sur une parcelle étroite dont la pente naturelle vient rejoindre les rives du Lac Léman. Pierre Minassian, l’architecte du projet a suivi cette opération avec son équipe d’architectes durant 3 ans. La maison est entièrement réalisée en béton brut et sa structure est exceptionnelle de par son apparente simplicité et sa réelle sophistication.

L’habitation se compose de deux niveaux principaux. Au rez-de-chaussée, se situent les pièces de réception, largement ouvertes, comme le séjour, la cuisine et la salle à manger, ainsi qu’une chambre d’amis et un bureau. A l’étage se situe l’espace nuit avec trois chambres et leurs salles de bain ainsi qu’une salle de jeux pour les enfants. La maison vient se positionner en contrebas de la parcelle, au plus près des rives du lac ce qui est à contrecourant des constructions locales qui sont plus éloignées. Notre travail d’architecte était de créer une communication directe entre les volumes bâtis et le paysage d’une beauté déconcertante. L’autre volonté primordiale exprimée par notre client était de ne pas occulter la vue sur le lac depuis le haut de la parcelle et depuis la rue. Ainsi lorsque l’on pénètre sur la propriété notre regard n’a aucun obstacle et l’on peut fréquemment apercevoir la rive opposée du lac pourtant assez éloignée.

Les volumes de la maison résultent de l’assemblage de deux boites aux lignes très épurées.

La première forme le rez-de-chaussée largement ouvert et la seconde telle une poutre d’une incroyable légèreté vient prendre appui sur le volume bas et crée notre étage s’étirant en porte-à-faux vers le lac. L’ensemble du volume de l’étage ne repose d’ailleurs que sur un seul poteau d’une grande finesse qui illustre toute la dualité de cette construction.

Au croisement des deux volumes se dessine une double hauteur qui permet au séjour d’avoir tout le volume nécessaire à une pièce de réception. Seule une passerelle s’étirant au milieu de cet espace vient créer le lien entre la suite parentale surplombant le lac et les chambres des enfants côté jardin. La Maison au bord du Lac est tout en transparence. A l’étage en façade Ouest nous avons élaboré un moucharabieh contemporain composé de formes en résine Corian® réalisées par thermoformage. Ce filtre solaire vient contrôler les apports énergétiques et calorifiques de la maison donnant ainsi une vibration toute particulière à la façade. Ce moucharabieh est entièrement assemblé sur le site par notre agence d’architecture.

HQE et environnement : Cette maison est extrêmement performante d’un point de vue énergétique et environnemental et répond aux exigences du label BBC. Ainsi une multitude de solutions techniques ont été mises au point pour conserver le béton brut apparent à l’extérieur et parfois à l’intérieur. Afin de conserver un maximum de la structure apparente en béton brut, la toiture est isolée par l’extérieur avec un système de panneaux isolants minces extrêmement performant. Les murs en béton armé sont fractionnés avec des rupteurs et isolant thermique.

AUM Pierre Minassian architectes - logements collectifs - Aigues-Mortes

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Le site de Vnf est situé à l’entrée de la commune de Aigues-Mortes. Aujourd’hui ce site apparaît comme un espace en demi-teinte, habité par les péniches avec des abords qui se sont développés naturellement. C’est ce qui en fait sa richesse esthétique, la question sera alors de se demander comment urbaniser un tel espace tout en préservant ces caractéristiques originelles. Il doit être travaillé comme un entredeux, une transition légère mais affirmée entre des espaces urbanisés et des berges plus sauvages.

L’implantation envisagée pour les logements est à l’image de ce que nous avons énoncé jusqu’ici. A l’instar des cabanes, nous avons projeté un épannelage hétérogène et morcelé en nous référant au tissu existant proche dans le but de préserver les porosités et percées visuelles existantes sur la rive Ouest et sur le canal. Il sera alors possible de proposer et d’aménager des terrasses et des pontons à fleur d’eau accessibles aux chalands permettant d’accéder aux bateaux amarrés.

Les séquences transversales doivent aussi être travaillées de manière à ce que l’on sente la réelle prise en compte du site sur lequel les logements viennent s’inscrire. En respectant les caractéristiques du site, ces cabanes sont penser comme des pêcheries, des logements détachés du sol, donc sur pilotis, qui s’élancent au-dessus du canal et permettent d’accueillir, en dessous, des parkings qui s’intègrent parfaitement au site en minimisant leur impact visuel. Une fois de plus à l’image des passerelles qui traversent et façonnent le paysage Camarguais, des coursives extérieures viendraient relier les logements au sol.

AUM architecture Pierre Minassian Lyon / projet de bureaux / Paris

Ecrit par & déposé en vertu de Projets, Tertiaire & activité.

Ce projet de siège social de 9 500m² situé à Paris  est le fruit d’une longue collaboration entre l’agence AUM de Lyon et l’entreprise Cepovett spécialisée dans les vêtements de travail ayant déjà résulté dans la construction de bureaux à Gleizé, dans les environs lyonnais.

S’implantant dans le milieu parisien fortement dense, le projet est une réflexion sur le passage du public, c’est-à-dire l’accueil des clients mais aussi la participation dans l’environnement urbain, au privé – la vie professionnelle des employés. Pour cette raison sont conçus deux rez-de-chaussées. Un doté d’un grand parvis couvert faisant appel aux passants et un surélevé sous la forme de patio proposant un espace extérieur intime aux habitants du bâtiment.

Soucieux de la performance environnementale du projet, Pierre Minassian et ses architectes revisitent le moucharabieh, filtrant la lumière naturelle et ainsi régularisant le surchauffement. L’échelle de ce dernier faite pour les petites constructions telles les maisons est adaptée à l’échelle des bureaux en se transformant en motif imprimé sur le mur rideau vitré bâtiment. Cette solution assure en même temps une transparence maximale aux espaces intérieurs. Le projet a le niveau de performance BBC.

Alors que la peau en verre affirme la noblesse du bâtiment à l’extérieur, le choix de matériaux à l’intérieur propose un environnement de travail plus chaleureux en se tournant vers le bois et les formes irrégulières et courbes du mobilier, dont une partie dessinée par l’agence.

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Ce projet d’immeuble de logement se situe en haute Savoie vers Annecy. Il résulte de la commande d’un groupement investisseurs et promoteurs privés avec lesquels nous avions réalisé des opérations de logements collectifs à Annemasse, Thonon-les bains et Evian. La construction est composée de logements en accession et logements sociaux.

Le bâtiment que notre agence d’architecte d’Annecy a dessiné est un ensemble de 64 logements découpé en 2 tranches de travaux. Bien que situé proche du centre-ville, le quartier de l’opération est très hétéroclite et sa densité est variable. L’immeuble de logements est pensé comme un îlot urbain. Il joue sur l’unité et le contraste, les pleins et les vides, l’opacité et la transparence, le vert et le minéral.

ous avons voulu apporter une réponse d’architecture contemporaine et urbaine au projet qui nous était demandé. C’est pourquoi, les constructions semblent visiblement isolées et séparées sur l’ilot tout en gardant une identité. L’espace privé s’ouvre sur l’espace publique. Au vu de la morphologie urbaine environnante, nous n’avons pas souhaité répondre avec une construction d’un bloc. Ce que souhaitait à la base notre maître d’ouvrage. Une attention particulière a été apportée à l’aménagement des espaces intérieurs d’îlot.

L’architecture du bâtiment est composée de matériaux monolithiques. Le béton est coffré avec un isolant ce qui permet d’avoir un matériau unique intérieur et extérieur. Nous avons souhaité ouvrir de grandes ouvertures sur les façades. Les rideaux intérieurs participent beaucoup à l’aspect des façades de la construction. Ce projet HQE (haute qualité environnementale) est respectueux de l’environnement et répond au label BBC.

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Le projet que notre agence d’architectes a réalisé pour la société Aseptic et très représentatif de notre architecture minimaliste et épurée. Construit en région lyonnaise, à Limonest, dans la nouvelle ZAC du Puy d’Or lié à la zone Techlid, ce bâtiment est composé d’une partie bureaux et d’une partie stockages et laboratoires. Le contraste entre ces deux fonctions est marqué par les 2 matériaux utilisés, le béton brut blanc pour les bureaux et le béton brut noir pour le stock. Le bâtiment bien que très vitré est très respectueux de l’environnement. Sa consommation énergétique est extrêmement faible. Ce projet HQE (haute qualité environnementale) répond aux normes du label BBC.

aum minassian architectes

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Cette maison contemporaine est implantée sur un lac privé de 20 hectares situé au milieu d’une propriété boisé. Ce projet très aérien et minimaliste est tout en courbe. L’ambition de notre agence d’architecte était de jouer avec le site, ses courbes, ses reflets, ses vues. La maison est composée de 2 galettes de béton blanc portées par des pilotis au-dessus de l’eau. Bien que d’apparence courbe, la maison reste principalement composée de lignes droites. La dalle basse oscille et crée ainsi des différences de niveaux dans la maison.

L’organisation intérieure répond à des contraintes d’orientation solaire et de points de vue.

Nous avons cherché durant notre année d’étude à épurer au maximum les lignes de la maison pour n’en garder que l’intention et la force architecturale. Rien dans la mise en œuvre des matériaux ne devait nuire à la lecture de l’architecture.

Les vitrages qui ont fait l’objet d’une étude très poussée sont encastrés dans le béton des dalles hautes et basses. Certains modules de grande taille ont la possibilité de coulisser pour ouvrir la façade. Le travail et la mise en œuvre des vitrages est artisanal et expérimental. Aucun profil du commerce n’a été utilisé. Nous avons conçu tous les composants de la vitrerie et des menuiseries extérieures à partir de produits industriels adaptés, initialement non prévus à cet effet. L’accès à la maison se fait par une passerelle télescopique rétractable qui isole la maison de la berge. Ainsi il est impossible de rejoindre la maison sans y être invité. La passerelle d’accès est positionnée sur la berge entre 2 chênes âgés de 150 ans. Ce sont les plus vieux arbres de la propriété. Ils marquent l’entrée dans l’habitation.

L’entrée est la zone de la maison la plus opaque. Elle est remarquable par une structure en acier composée de plaques d’acier de 2 cm d’épaisseur découpées, pliées et suspendues. Ces plaques composent une façade épaisse qui habille les pièces techniques peu vitrées de la maison.

La piscine est immergée dans l’eau du lac et fonctionne par débordement. Le local technique se trouve sous l’eau. Les architectes de notre agence ont dû mettre au point de nombreuses solutions techniques spécialement pour cette construction.

AUM architecture Pierre Minassian Lyon / projet de bureaux / Belgrade Waterfront

Ecrit par & déposé en vertu de Projets, Tertiaire & activité.

Le projet architectural d’immeuble de bureaux que l’agence AUM de Lyon a conçu pour la ville de Belgrade au sein du masterplan  « Belgrade Waterfront » a pour but de faire renaitre la friche aujourd’hui délaissée entre le fleuve Sava et les anciens chemins de fer et redonner ces lieux précieux à ses habitants.

Ce bâtiment  de 10 600m² est conçu par l’agence AUM de Lyon pour une entreprise familiale spécialisée dans l’agro-alimentaire souhaitant créer un lieu de rencontre entre ses employés, leurs clients et le public afin de renforcer le lien entre les trois.

Dans ce but Pierre Minassian et ses architectes partent à la recherche plastique du bâtiment. Ils décident de soulever un coin du bâtiment orthogonal afin de permettre un flux naturel des environs du projet – c’est-à-dire le dehors, vers le jardin intérieur, le dedans. Dans la ville d’aujourd’hui fortement minéralisé ce patio végétalisé se dresse comme un oasis autant pour les employés que pour les passants.

Le souci de la filtration solaire donne naissance aux brise-soleils composés de panneaux verticaux tramés en béton brut greffés sur un mur rideau en verre. Le choix du matériau et de leur disposition assure la pureté minimaliste du dessin de la façade tout en affirmant la singularité du projet dans son environnement. Le projet a le niveau de performance BBC.

AUM Pierre Minassian architecture Lyon / Maison La Mira Ra / France

Ecrit par & déposé en vertu de Maisons contemporaines, Projets.

La Mira Ra, située dans le sud de la France, est le fruit d’une longue réflexion sur le mariage de la nature sauvage de la Méditerranée et le minimalisme épuré de l’architecture contemporaine dans un projet architectural unique. Réalisée entre 2015 et 2017 par Pierre Minassian et son équipe, la maison offre aujourd’hui à ses habitants une ouverture intime vers la mer.

L’intégration du projet dans son environnement et leur cohabitation étaient les deux éléments clés lors de la conception du projet. Situé dans un site classé dans le Sud de la France, ce domaine privé est sous l’obligation d’inclure l’utilisation de la pierre locale dans toutes les constructions qui y ont lieu. Cette exigence couplée avec l’amour de l’architecte pour la pureté du béton brut donne naissance à un enlacement poétique entre les deux matériaux.

La pierre trouve sa place en enveloppant la maison par l’extérieur afin de la faire fondre dans son environnement rocheux par sa palette de couleurs proche à celle de la terre autour mais aussi en réfléchissant les rayons solaires en envoyant une lueur chaleureuse.

L’enveloppe intérieure est faite de béton brut de coffrage visant à créer une ambiance sobre et en même temps servant de support pour les jeux de lumière des rayons pénétrants dans la maison lors le coucher de soleil. En laissant les murs et plafond en béton brut sur l’architecte laisse le matériau révéler ses caprices – chaque surface porte fièrement  ses propres particularités et irrégularités.

Le projet organise le programme, dont 5 chambres, en deux niveaux suivant la pente naturelle du terrain afin de ne pas cacher la vue pour les autres  et en même temps de tourner complètement la maison vers la vue vertigineuse. Pour cette raison le volume supérieur, comprenant les chambres, dépasse d’un demi-niveau du sol en s’écartant au milieu pour laisser pénétrer dans la maison un patio en contrebas servant d’entrée. Le positionnement de ce dernier assure une première filtration du regard du passant et un premier pas vers l’intimité de la maison.

Le volume inférieur, comprenant le master ainsi que le séjour et la cuisine, se retrouve complétement à l’écart de l’œil extérieur et prendre la forme d’un parallélépipède en béton brut s’ouvrant vers la mer par sa façade entièrement vitrée.  Le sol de la boîte est tiré vers l’extérieur afin de prolonger l’espace intérieur vers la vue – le séjour et la cuisine peuvent donc s’ouvrir entièrement sur la terrasse grâce aux pans vitrées coulissants de grande largeur. Les espaces de vie se transforment donc en salon d’été – à l’abri du soleil brulant mais en même temps à l’air libre. Couplé avec les ouvertures du patio d’entrée, un rafraîchissement naturel est mis en route grâce aux courants d’air naturels.

La protection solaire de la maison est assurée par le traitement des ouvertures. Celles-ci reçoivent des persiennes de toute hauteur en bois qui s’adaptent à leur emplacement. Dans le volume supérieur, e long du couloir donnant sur le parvis et regardant le sud, elles sont fixes afin de proposer une filtration permanente non seulement des rayons solaires mais aussi des regards. Quant aux chambres, orientées vers la vue et donc au nord-est, elles sont protégées par des persiennes coulissantes. Même dispositif pour le volume inférieur – les persiennes peuvent en plus être rangées afin de disparaitre de la vue et la dégager complétement. Ce qui est en plus, la toiture végétalisée permet une isolation thermique complémentaire et simultanément contribue à l’intégration de la maison dans son site naturel.

Les espaces extérieurs du projet poussent encore plus loin l’insertion de la construction dans le terrain en créant une promenade qui commence par le parvis et se développe ensuite aux alentours de la se poursuit dans les alentours de la maison et se dirige vers la piscine tournée dans sa longueur vers la mer. Cette promenade se disperse finalement dans le jardin désertique exposant avec une grande fierté une belle collection de différentes espèces caractérisant la diversité florale du lieu.

AUM Pierre Minassian architecture Lyon/ Bibliothèque Saint-Cyr-au-Mont-d'Or

Ecrit par & déposé en vertu de Culturel, Projets.

Concevoir un projet faisant place à la culture et au lien social est une chance. Une bibliothèque doit être porteur de volumes et d’espaces qui s’enracinent dans l’esthétique et la fonctionnalité mais aussi dans l’urbanisme et l’histoire du lieu dans laquelle elle s’érige.

Afin que cet équipement soit réussi, ses usagers doivent s’y sentir bien. La bibliothèque de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or devra cumuler les bienfaits de la fonctionnalité et de la beauté en reposant sur une idée simple. Mais aussi mettre en valeur l’environnement dans lequel il s’implante.

D’un point de vue architectural Pierre Minassian et son équipe d’AUM Lyon  cherchent à donner une échelle humaine au bâtiment et ses aménagements extérieurs. Se développant sur un niveau, il offre l’intégralité de ses services à la vue de tous.

Afin de donner une assise et un caractère minéral à ce bâtiment ancré dans la topographie, les architectes souhaitent utiliser des matériaux bruts. Le  béton est alors employé pour tous les éléments structuraux. Le pan de mur au Sud du projet, qui fait front au château, est traité en pierres locales pour faire référence à ce bâtiment à caractère patrimonial.  L’architecture du projet résolument contemporaine, aux formes simples et épurées, provoquent un contraste avec les éléments bâtis environnant. Un contraste qui met en avant les deux types d’architecture, l’une contemporaine, l’autre patrimoniale, donnant une certaine dynamique et temporalité au site.

L’agence AUM cherche en même temps à lier la maison Ferrier au projet en utilisant le site et ses espaces extérieurs comme l’esplanade ou les gradins.

Le belvédère en toiture du projet surplombera l’esplanade en offrant une vue sur la tour du château. L’effet de ces derniers est accentué par un porte-à-faux important au niveau de l’entrée du bâtiment. La toiture sera également constituée d’une verrière permettant un apport solaire naturel au centre du bâtiment. Celle-ci sera réalisée de manière maîtrisée afin de ne pas gêner les différentes activités à l’intérieur. Cette verrière maximisera la relation entre intérieur et extérieur afin de créer une sensation d’ouverture dans la salle principale. Néanmoins plusieurs espaces au sein de la bibliothèque seront traités de manière plus intimes pour répondre à différents usages, comme les salons de travail ou d’écoute. Depuis l’intérieur, la toiture dessinera un plafond en caisson qui viendra rythmer ces espaces et qui offrira une hauteur sous plafond importante.

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Ce projet d’immeuble de logement résulte de la commande d’un groupement investisseur et promoteurs privés avec lesquels nous avions réalisé des opérations de logements collectifs dans le Rhône et à Lyon. La construction est composée de logements en accession et de logements sociaux.

Le bâtiment que notre agence d’architectes de Lyon a dessiné est un ensemble de 88 logements et d’une surface commerciale de 1600m². Un parking de 2 niveaux se trouve sous la construction. Situé proche du centre-ville dans une zone en développement, le quartier de l’opération sera à moyen terme constitué principalement de constructions neuves, les constructions existantes étant top vétustes ou industrielles. L’immeuble de logements est pensé comme un îlot urbain. Il joue sur l’unité et le contraste, les pleins et les vides, l’opacité et la transparence, le vert et le minéral. Cette donnée est importante pour notre agence d’architecture car nous pensons qu’une construction apporte plus à la ville par ses transparences et ses limites que dans l’austérité uniforme.

Nous avons voulu apporter une réponse d’architecture contemporaine et urbaine au projet qui nous était demandé. C’est pourquoi, les constructions semblent visiblement isolées et séparées sur l’ilot tout en gardant une identité. Elles s’articulent autour d’un jardin situé au premier étage. L’épaisseur de la dalle haute étant variable, nous avons intégré une épaisseur suffisante de terre pour y planter des arbres à hautes tiges. Cet espace extérieur est un vrai lieu de vie pour les habitants. Des espaces de jeux pour les enfants y sont aménagés.
L’espace privé s’ouvre sur l’espace publique. Le jardin aérien est perceptible depuis tout le tour de l’ilot. L’architecture du bâtiment est composée de matériaux monolithiques. Le béton brut blanc est coffré avec un isolant. Ceci permet d’avoir un matériau unique intérieur et extérieur. Nous avons souhaité ouvrir de grandes ouvertures sur les façades. Les rideaux intérieurs participent beaucoup à l’aspect des façades de la construction.

Ce projet, très environnemental, a le niveau de performance BBC.

Logements collectifs Bords de Loire / AUM Pierre Minassian / Roanne

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Lauréat de concours en collaboration avec le promoteur immobilier Noaho le projet de logements collectifs « Bords de Loire » est conçu par l’agence AUM de Lyon avec l’ambition non seulement de réconcilier la ville de Roanne et son fleuve que l’histoire a séparé par une vaste digue. Il a également pour but de jouer un rôle éducatif sur l’espace par une architecture généreuse et ouverte et ainsi contribuer à l’épanouissement intime et collectif de ses habitants que l’on trouve le plus souvent dans les opérations expérimentales plutôt que dans l’habitation partagée traditionnelle.

L’approche architecturale et urbaine de Pierre Minassian et son équipe prend d’avantage l’originalité du site – il en découle une ouverture sur la Loire dans un langage fluide tenant compte autant de la forme du cours d’eau que de la végétation du parc et ainsi faisant appel à la courbe. Ils s’y trouvent les deux constructions, sous-divisées en 3 par des césures épannelées. Ces dernières représentent les parties communes extérieures créant un rythme vertical allant du haut du couronnement jusqu’au pied de façade.  Elles permettent une promenade aérienne offrant des vues multiples sur l’environnement paysager et favorisent le savoir-vivre ensemble tout en préservant l’intimité de chacun. Les failles sont donc composées d’un escalier droit ainsi qu’un espace jardin commun qui encourage la convivialité en plein air.

Ce dernier mène à des jardins privés et ainsi dessine le passage fluide du collectif vers l’intime. La volonté d’ouverture vers l’environnement est illustrée également par les dalles de formes organiques donnant une impression de mouvement et de légèreté et offrant de larges terrasses colorées se rapprochant à la douceur de la nature qui l’englobe.

La construction est simple et économique, sans artifice, analogiquement à la pureté efficace de la nature. Il en découle une bonne isolation acoustique latérale car les appartements sont séparés les uns des autres par un système clair de murs porteurs massifs. Ensemble, les coursives extérieures  et la structure porteuse permettent de généraliser les appartements traversants, condition essentielle pour une bonne ventilation naturelle l’été.

AUM Pierre Minassian architectes - Logements collectifs Bon Pasteur - Lyon, France

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

La construction de l’habitat est un double enjeu. A la fois pour la ville et le paysage bâti qui est donné à voir ; comme pour l’occupant et l’usage qu’elle lui offre. Ce double défi est encore plus fort quand le projet s’inscrit au cœur du quartier historique du 1er arrondissement de Lyon. Comment penser l’habitat de demain, avec les usages que l’on en a aujourd’hui, le tout s’inscrivant dans un contexte historique aussi fort que celui du Bon-Pasteur ? C’est fort de ces préoccupations que nous nous sommes lancés dans ce projet.

Avant toute chose il est important de bien comprendre l’identité et le contexte urbain dans lequel nous nous situons. En premier rappelons que le site est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, à la fois pour la qualité de ses constructions, son histoire, son tissu urbain et paysager. Soucieux de concilier mémoire et modernité, c’est sur ces bases que nous avons pensé notre projet.

L’architecture dominante du quartier est marquée par les immeubles industriels dit Canuts. Ces immeubles hauts et percés de nombreuses fenêtres, à l’architecture simple offrent de beaux volumes, des façades lisses et des toitures à pentes très visibles depuis le plateau. C’est dans le plus grand respect de cette morphologie et dans un souci d’intégration que nous avons décidé de proposer un bâtiment sobre, découpé en trois volumes verticaux qui suivent les pentes. Nous avons pris le parti de conserver la césure déjà présente sur le bâtiment qui nous fait face afin de renforcer les cônes de vues sur le paysage et la porosité visuelle sur le cœur d’îlot paysagé. Elle donne à voir un jardin et des espaces communs riches et fortement mis en valeur.

L’architecture proposée permet de développer des espaces “intermédiaires” participant à la qualité de vie des habitants au quotidien et valorisant leur habitat. Ces espaces sont caractérisés par le jardin, les loggias de la façade épaisse, ainsi que par la césure. Cette dernière se révèle être un lieu de passage et de rencontre en amont du jardin tout en étant en lien avec l’espace public.

Afin d’offrir un espace privatif extérieur aux futurs logements tout en développant des façades lisses respectueuses de la morphologie architecturale environnante, nous avons imaginé une façade épaisse jouissant de l’orientation sud. Dissimulée derrière une seconde peau minérale à claire-voie, à la manière d’un moucharabieh, cette façade abrite des loggias dans le prolongement des espaces de vie intérieurs. Dès lors, une forte relation intérieur / extérieur apparait, sublimée par des jeux de lumière créés par le moucharabieh. Ainsi depuis la rue, nous lisons une façade lisse en continuité avec le front bâti avoisinant. Néanmoins, selon les points de vue, cette façade tout en relief créé un certain dynamisme depuis l’espace public. Elle vient rythmer le linéaire bâti de la rue du Bon pasteur, tout en s’y intégrant. Au sein de cette façade épaisse, les habitants pourront profiter d’espaces extérieurs sous la lumière du Sud, filtrée par les lames en claire-voie. Ces dernières laisseront transparaître une vue unique sur le grand paysage tout en préservant une certaine intimité des habitants.

Logements collectifs Les Girondins - AUM architecture - Pierre Minassian

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Le projet de logements collectifs est conçu par l’agence AUM de Lyon en 2015 et s’inscrit au sein de la ZAC de Girondins dans le 7ème arrondissement de Lyon et atteint la hauteur maximale de 37m (R + 11 niveaux + couronnement).   Il est composé de 39 logements de location sociale et 29 d’accession libre.

L’approche architecturale et conceptuelle du projet de Pierre Minassian et son équipe a commencé par le théorème suivant : La ville doit faire rêver, elle doit donner la possibilité  à chacun de trouver sa place dans une communauté.

L’immeuble que nous avons dessiné n’est pas un immeuble standard. Il est un assemblage de références et de lieux de vie familiaux. A l’image d’une ville ancienne il laisse apparaitre dans son esthétique ses organes vitaux imbriqués. Les façades de la construction montrent ainsi l’assemblage des cellules intérieures dans un quadrillage maitrisé faisant apparaitre l’immeuble comme l’imbrication d’une multitude de maisons. Cette composition est particulièrement intéressante car elle permet à chaque individu de se sentir chez lui.

Le projet,  modulable ; laisse la place à des nombreux duplex dont les séjours et les vitrages ont une double hauteur. Les balcons assurés par l’avancement des dalles à chaque appartement, jouent simultanément le rôle d’auvent pour la protection solaire des habitants en dessous. Chaque ensemble est perçu comme une fenêtre sur la ville.

Les appartements sont imbriqués dans une grande coque en béton brut qui se développe comme un drap autour de toutes les cellules. Cette coque aura une présence dans le site qui liera notre construction aux constructions voisinantes par la couleur les nuances. Les façades à leur tour jouent sur un contraste de 2 valeurs claires et sombres. Ce jeu d’opposition amène une lecture à la façade qui va dans le sens conceptuel du projet en enrichissant  le jeu d’imbrications de la construction.

Une césure verticale dans la façade de l’immeuble déstructure harmonieusement la construction sur rue comme sur cour. Elle amène une échelle au bâtiment. Une échelle humaine rassurante qui l’éloigne de la sensation de barre. Les percées visuelles entre rue et jardin ont un rôle important dans la perception de la ville. Elles constituent la richesse de l’espace urbain. Un très large hall traversant double hauteur laisse percevoir par transparence le jardin intérieur depuis la rue.

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Cette maison est réalisée dans une petite commune de la région lyonnaise sur un terrain très en pente ( 20 à 50 %) profitant d’une large vue panoramique. Réaliser un chantier dans ces conditions a été une épreuve très complexe.

Par ailleurs, nous tenions particulièrement à conserver la forme du terrain naturel existant. Le chantier n’en a été que plus complexe car les accès étant inexistants sur la partie basse, il a fallu négocier avec l’agriculteur local pour prolonger provisoirement une partie plate de sa parcelle attenante pour les commodités du chantier et donc passer par chez lui.
La maison de 23 m x 7 m est encastrée dans la pente. Ses 2 niveaux, de plain-pied, s’ouvrent largement sur la vue. La structure de la construction est mixte béton et acier. Tous les matériaux sont bruts, béton pour l’enveloppe, acier pour la structure et les châssis, et bois non traité pour le rideau.

Toutes les pièces sont éclairées par la lumière naturelle. Le plancher de l’étage est décalé de la façade de manière à laisser descendre la lumière le long du mur de soutènement du niveau bas.
Le rideau de bois est la particularité de la maison. Les pièces le composant ayant été nommées ironiquement « biscuits » par des voisins retissant à la construction, Pierre Minassian, l’architecte en a conservé le nom en souvenir. Le rideau à toutefois plusieurs fonctions.

Il participe à l’insertion de la maison dans le paysage dont les maisons locales sont construites en pierre beiges claires. Avec suffisamment de recul on constate que l’effet visuel à distance du rideau est similaire à l’aspect des autres maisons. Il rappelle l’architecture des maisons anciennes des monts d’Or de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, Saint-Didier-au-Mont-d’Or ou Limonest.
Il a également un rôle thermique puisqu’il réduit fortement les impacts solaires Est sur les chambres tout en conservant le champ de vision à travers les grands vitrages toute hauteur. Il est d’ailleurs installé sur rail, et il est possible de l’ouvrir en le rabattant latéralement.

Enfin il permet d’isoler visuellement les chambres depuis l’extérieur en créant un effet miroir sur la façade par second jour. Les pièces à vivre le la maison sont situées au niveau bas alors que les chambres sont à l’étage. De manière à exploiter la vue, le niveau bas est entièrement vitré. De larges baies coulissantes permettent d’ouvrir complètement le séjour de la maison sur le jardin. La sensation d’ouverture sur l’extérieur se traduit également par l’implantation d’éléments structurants comme la cheminée ou l’escalier qui sont suspendus de manière à laisser une continuité de plan entre intérieur et extérieur.

Cette maison a remporté le Grand Prix d’Architecture du CAUE du Rhône en 2010. Elle a été une des réalisations d’architecture contemporaine à Lyon remarquée et indiquée dans plusieurs guides d’architecture. Ce projet HQE (haute qualité environnementale) est respectueux de l’environnement et répond au label BBC.

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Ce projet d’immeuble tertiaire résulte de la commande d’un groupement d’investisseur et promoteurs privés avec lesquels nous avions réalisé des opérations dans le Rhône et à Lyon. Le bâtiment que nos agences d’architectes de Lyon et d’Oyonnax ont dessiné est une construction composée de 9000m² de bureaux, 600 m² de commerces et d’une crèche privée. Un parking de 2 niveaux se trouve sous la construction. Le projet est situé en zone urbaine dans un quartier en développement, qui est un mélange homogène de logements. L’immeuble de bureaux est pensé comme un ilot urbain. Il est composé de 3 corps de bâtiment distincts. Un bâtiment en R+6, un bâtiment en R+4 et un bâtiment sur rue en R+1. Au-delà de leur hauteur, Ces 3 entités sont discernables par leurs matériaux façade. Le plus haut est en béton noir, le bâtiment sur rue est composé de trumeaux métalliques séparant des vitrages hauts et étroits.

Nous avons voulu apporter une réponse d’architecture contemporaine et urbaine au projet qui nous était demandé. C’est pourquoi, les constructions semblent visiblement isolées et séparées sur l’îlot tout en gardant une identité. Elles s’articulent autour d’un patio minéral central. L’espace privé s’ouvre sur l’espace publique. Bien que les matériaux utilisés sur les 3 entités soient différents, l’architecture des constructions présente une grande unité.

Ce projet, très environnemental, a le niveau de performance BBC.

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Le projet que notre agence d’architecture de Lyon a dessiné pour Ecully a pour ambition de redonner toute la noblesse légitime à un site merveilleux éreinté par le temps et les interventions architecturales partielles et inadaptées. Il s’agit d’une réhabilitation et d’une extension d’un centre culturel. Le centre culturel à plusieurs fonctions, c’est un cinéma, un théâtre, une salle de concert, une salle d’exposition, une salle de conférence, et un espace associatif. Nous avons choisi de proposer une démarche forte sur l’ensemble du site pour mettre en avant, dans une approche contemporaine, le sens profond du patrimoine existant.

Notre projet a pour premier objectif de remettre en valeur l’architecture des constructions en y enlevant toutes les excroissances et rajouts de façade qui avaient été ajoutés au fil des 40 dernières années.

La façade sur rue ne se limite à la seule emprise de l’ancienne maison mais doit s’étendre le long du parc de manière à donner une véritable identité et une forte présence à l’édifice. La communication de la construction passe par la mise en valeur de cette façade. La façade sur rue est marquée par 2 lignes noires contournant le bâtiment. Nous avons voulu intégrer ce projet dans une démarche d’architecture contemporaine forte à Lyon sur une construction ancienne. Ce projet a été mené en collaboration avec le service des Architectes des Bâtiments de France de Pierre Franceschini.

Le projet de Centre Culturel prend naissance à la lisière du parc et non à la porte de l’établissement. La nouvelle entrée se fait donc depuis ce parc en passant par une esplanade minérale qui accentue la liaison intérieure, extérieure. Nous avons baissé les niveaux de terre d’une partie du parc de manière à accéder à la construction au niveau rez de chaussée, dans le hall.
L’esplanade ainsi créée a permis l’aménagement d’un théâtre extérieur doublement protégé par le mur sur rue et par un mur de soutènement qui guide les passants à l’entrée de la construction. L’acoustique à cet endroit est bien meilleure pour les spectacles extérieurs que le centre du parc qui est trop exposé au bruit de la circulation.

Le volume du nouveau hall se veut résolument contemporain, avec des lignes tendues et sobres afin de ne pas interférer avec la présence plus historique des autres corps de bâtiment. Celui-ci est largement vitré afin de bénéficier des meilleurs apports solaires. Son exposition au sud est parfaite de ce point de vu, car en été le soleil étant à son zénith il y a peu de pénétrante solaires et peu de surchauffe, alors qu’en hiver nous bénéficierons d’un gain de chaleur naturelle. Les matériaux utilisés dans la construction seront le bois, le verre et le béton dans leurs aspects les plus naturels. Le bandeau vitré du hall se poursuit par celui de la salle d’exposition qui est maintenant largement ouverte sur l’esplanade créée.

L’esplanade ou piazza permet de dynamiser au maximum les activités du Centre Culturel. Elle est le théâtre de toutes sortes de manifestations; un véritable lieu d’échanges, de connections.

aum minassian architectes

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

La médiathèque est un bâtiment limpide, fonctionnel et esthétique s’organisant autour d’un jardin. Sa situation privilégiée face à la mairie et son intégration au cœur d’une réflexion globale sur le quartier en fait un édifice clé dans la commune de Neulise dans la Loire, non loin de Roanne.

La médiathèque est une construction en U longeant le Chemin Vieux et faisant face à la mairie. Le cœur de la forme en U est un jardin aux ambiances et fonctions diverses et le corps du U répartit harmonieusement les fonctions du programme. La voie de circulation des véhicules et l’accès pour chargement des bibliobus sont aussi intégrés dans le projet, sur la parcelle. Bien que médiathèque, ce lieu a aussi vocation de théâtre et de salle de concerts.

L’entrée du public est au centre du bâtiment et donne directement sur le Chemin Vieux et la place. On la distingue clairement par son vitrage important et l’auvent qui l’accompagne. Le hall d’accueil est un grand espace clair et volumineux. Sa hauteur est importante, 4 grands lustres y sont accrochés.

L’accueil, formalisé par une banque en acier fait face à l’entrée, elle indique aux visiteurs les deux directions à prendre : à droite dans le sens du plan, la médiathèque municipale et à gauche, la médiathèque départementale.

Nous avons souhaité mettre en liaison dans le hall deux salles appartenant à chacune de ces deux entités de manière à pouvoir proposer une orientation et une flexibilité supplémentaires. Il s’agit de la salle de réunion et de l’heure du conte qui sont mitoyennes, entre elles, et avec le jardin par des panneaux amovibles. Cette modularité permet de transformer l’espace en salle de spectacle ouverte sur l’intérieur ou l’extérieur.

Le bâtiment se caractérise par la noblesse, la grande qualité et la pureté des matériaux qui sont utilisés à l’état brut. Les façades principales sont composées de panneaux épais en croute de pierre claire brute ajustés sur les côtés mais non sur la face. Les aciers, traités contre l’érosion sont laissés bruts. Certains murs sont en béton brut. Les toitures en zinc naturel ont un rôle important dans le bâtiment puisqu’elles laissent passer une lumière naturelle dans tout le bâtiment par des vitrages en sheds, réduisant ainsi les consommations d’électricité pour l’éclairage. Le projet, HQE, possède en outre 250m² de panneaux photovoltaïques. Les volumes intérieurs ont des formes épurées et sont de couleur claire.

Le jardin est le poumon du bâtiment. Il est omniprésent. Tous les espaces publics s’ouvrent sur lui. Il est composé avec les remblais et joue avec les différences de niveaux du terrain. Le petit amphithéâtre est abrité du soleil côté sud par des plantations arborescentes. Un jardin zen constitué de galets clairs longe les espaces de lecture. Ce projet HQE (haute qualité environnementale) est respectueux de l’environnement et répond au label BBC

aum minassian architectes

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Cette maison, réceptionnée en 2003 est le fruit d’une longue réflexion avec des clients passionnés d’architecture contemporaine qui nous avaient initialement demandé de faire une extension de leur maison. Une relation de confiance s’est établie avec Pierre Minassian, l’architecte du projet qui a mené cette opération durant 3 ans. C’est une des rares maisons contemporaines situées dans le centre de Lyon. Au fil de l’étude, l’envie de spatialité et de relation avec la nature a pris le dessus et ils ont décidé de réaliser une maison complète sur leur terrain devant leur bâtisse d’origine. L’opportunité était en effet unique car ils possédaient un terrain constructible dans une petite rue calme du centre de Lyon ; ce qui est particulièrement rare aujourd’hui.

Nous avons donc collaboré sur un projet de maison uniquement fabriquée avec des matériaux brut : béton brut, acier corten, verre et bois. L’habitation est constituée comme une enveloppe de béton isolant un noyau de vie ouvert sur le jardin. Cette ouverture sur le jardin est d’ailleurs transcrite par la passerelle n’allant nulle part, traversant le séjour pour s’arrêter devant le vitrage comme une mire, ou une suggestion de passer au-delà des limites physiques du bâtiment. Cette notion est très importante car elle traduit un point important de notre conception de l’architecture contemporaine : l’architecture est la relation qui se crée entre des biens conflictuels et relationnels. Le travail de l’architecte est de déterminer le besoin de cette relation et d’en établir l’effet.

Notre agence d’architecte de Lyon a cherché à déterminer l’effet que nous souhaitions créer entre les différents espaces et les différentes fonctions de la maison. Intimité, exhibition immersion, suggestion..

Le programme fonctionnel était de réaliser une maison avec 4 chambres, 2 salles de bains, cuisine/séjour, bureau, sous-sol, patio, piscine et jardin. La surface habitable de la maison est de 280 m². Les espaces de vie sont situés au rez de chaussée et les chambres à l’étage.

Lorsque tous les choix architecturaux ont été prédéfinis, l’élaboration des matériaux et la détermination des procédés de construction se sont réalisées, en étroite relation avec les fabricants qui ont acceptés d’adapter leurs produits pour satisfaire à l’architecture du bâtiment. Ainsi la concrétisation de l’architecture a pu être ajustée sur le chantier même en modifiant les mélanges et densité de béton par exemple. Cette relation architecte fournisseur est indispensable et bénéfique au bâtiment. La maison a en contrepartie servi de pôle de visite pour les fabricants qui s’étaient investi et qui souhaitaient montrer le fruit de leur investissement. Nous avons toujours cherché à mettre en avant le rôle de chercheur de l’architecte qui est à notre avis sa principale fonction.

L’architecture de la maison est identifiable par 3 éléments forts.

La coque en béton brut qui enveloppe la maison isole ses habitants de la rue passante. Les ouvertures y sont simples et linéaires. Les châssis sont tous réalisés artisanalement en acier brut. Les obturations de la chambre des parents sont des panneaux orientables en acier corten articulés par un système de poulies, de câbles et de contrepoids qui permettent la manipulation des lourds éléments. Ils apportent une dynamique à l’architecture et renforcent l’isolation visuelle de la chambre sur la rue.

La façade Sud est un ensemble largement vitré réalisé en acier et verre. De larges portes pivotantes ouvrent le séjour sur l’extérieur et des panneaux d’acier orientables permettent la ventilation de l’espace. Une table en béton brut en porte à faux traverse le vitrage et peut-être utilisée à l’intérieur comme à l’extérieur.

La piscine de la maison, dans l’axe du séjour est un couloir de nage de 14 m x 3 avec un plongeoir en béton brut. Nous avons réalisé un graphisme en bande noires grise et rouges avec son revêtement résine. Ce projet HQE (haute qualité environnementale) est respectueux de l’environnement et répond au label BBC

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

La Chipster Blister House est une commande passée à notre agence d’architecture par un couple ayant 3 enfants, au cours de l’année 2010.

La maison se situe sur un terrain en pente dans une petite commune de la région lyonnaise dans les Monts d’Or. L’habitation est entièrement construite en béton brut blanc. Elle est partiellement encastrée dans le terrain. Au rez-de-chaussée se trouvent le séjour, la cuisine, la buanderie et la salle de jeux et à l’étage sont situées les chambres.

La maison possède à ses extrémités deux portes à faux exceptionnels. Les lignes très monolithiques de ce volume résolument contemporain se veulent tendues à l’extrême affirmant la dualité entre pleins et vides, surfaces vitrés et voiles béton.

La façade Sud est composée d’un assemblage de formes elliptiques en résine Corian® noire mate qui sont suspendues devant les chambres et réalisées par l’entreprise IMAGE. Non sans rappeler les petits Chipster dont la forme est dans l’inconscient collectif, ou autres bijoux totems africains, ces formes apportent une vibration toute particulière à la perception presque fantomatique des volumes inscrits entre ombres projetées et surfaces d’un noir duveteux emblématique. Ce moucharabieh contemporain permet à l’intérieur de la maison de conserver un cadre visuel maximal tout en réduisant les pénétrations solaires. Un espace intermédiaire entre les vitrages et le rideau suspendu apparait aux occupants des lieux et une sensation de volume supplémentaire se fait instantanément ressentir. Vue de l’extérieur, la façade est uniformisée et l’on perçoit dans les reflets ondulatoires des coques toutes les tonalités d’un ciel cadré entre végétal et minéral. La façade a été expérimenté et monté par notre agence d’architecture de Lyon. Cette maison est extrêmement performante d’un point de vue énergétique et elle répond aux exigences du label BBC. Ainsi une multitude de solutions techniques ont été mises au point pour conserver le béton brut apparent à l’extérieur et parfois à l’intérieur. Afin de conserver un maximum de la structure apparente en béton brut, la toiture est isolée par l’extérieur avec un système de panneaux isolants minces extrêmement performant. Les murs en béton armé sont fractionnés avec des rupteurs et isolant thermique. Le voile imposant du séjour en double hauteur à lui aussi été laissé en béton apparent ce qui permet de bien détacher visuellement la structure de la cheminée en acier brut. La passerelle qui joue le rôle de trait d’union entre l’espace bibliothèque suspendu au-dessus de la cuisine et les chambres est en réalité une poutre maitresse de la structure de la maison. Elle met l’espace en tension.

HQE et environnement

Cette maison, bien que très vitrée est un bâtiment basse consommation. Elle est chauffée à l’aide d’une pompe à chaleur sur géothermie et dispose d’une ventilation double flux. La façade principale au sud est largement vitrée et dispose d’un moucharabieh constitué de formes en résine qui réduisent les apports solaires.

La dalle haute en béton est largement en débord de la façade ce qui limite les pénétrantes solaires en été. Ce projet HQE (haute qualité environnementale) est respectueux de l’environnement et répond au label BBC

Maison contemporaine à Long Island / AUM Pierre Minassian

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Le projet de maison contemporaine est dessiné pour un couple américain avec une très grande appréciation pour l’architecture contemporaine au cours de 2016. Il se situe à Sagaponack, Long island dans l’état de New York. Le terrain dans lequel il s’inscrit donne sur l’étang Segaponack – la volonté principale de l’architecte devient la mise en valeur de ce paysage précieux par la pureté et l’élégance d’un œuvre architectural minimaliste.

La maison se développe dans la superposition de deux volumes aux lignes épurées. Au premier niveau nous retrouvons les espaces de jour tels que le séjour, la cuisine, la salle à manger et le bureau. Il s’y installe également la chambre parentale suite à une demande particulière de la part des clients qui souhaitent être au plus proche de l’eau dans leur intimité. Ce premier volume est largement ouvert sur l’extérieur afin de permettre une fluidité à travers. Pour cette raison les murs porteurs sont ramenés vers l’intérieur et l’enveloppe est visuellement libérée.

A l’étage se trouvent les espaces de nuit – trois chambres d’enfant, leurs salles de bain respectives et un espace de jeux. Ce second volume se pose avec une incroyable légèreté et semble flotter au-dessus du premier volume complétement vitré. A l’intersection des deux se glisse une dalle fine de béton brut qui semble porter en l’air ce deuxième niveau enveloppé par un moucharabieh.  Cette superposition permet d’extruder un vide au-dessus de séjour et de cette manière lui donner tout le volume nécessaire à une pièce de réception.

Le moucharabieh contemporain, si caractéristique du travail de l’architecte Pierre Minassian et son studio AUM, enveloppant complètement le volume supérieur sera élaboré de formes  en résine Corian réalisées par thermoformage. Il dessine non seulement l’identité de la maison mais  permet également un filtrage de la forte lumière naturelle ainsi assurant le contrôle des apports énergétiques et calorifiques de la maison.

Cette maison est extrêmement performante d’un point de vue énergétique et environnemental et répond aux exigences du label BBC.

Logements collectifs Garden VIllage / AUM Pierre Minassian / Villeurbanne Lyon

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Projet en cours. Le projet de logements collectifs « Garden village », conçu par l’agence AUM de Lyon en collaboration avec le promoteur immobilier Pitch, se situe le long de l’avenue Roger Salengro, à Villeurbanne et vise à se dresser comme une réinterprétation contemporaine des cité-jardins.

Répartis sur 3 lots, les 5 bâtiments allant de 4 à 6 niveaux, se caractérisent par une architecture de césures et d’épannelages. La richesse de composition des constructions, dont la morphologie est harmonieusement découpée et aérée, évite les linéaires construits opaques. Elle donne à voir des cœurs d’ilots verts  et des espaces communs riches et fortement mis en valeur.

Véritables lieux d’échange et de rencontre, ces interstices offrent de multiples cadrages  et percées visuelles sur le parc et amènent une lisibilité de l’opération. Garden Village  est un projet  à l’échelle de l’habitant et son architecture souhaite amener la vie quotidienne au sein de la nature–ceci résulte en un véritable village composé de ruelles arborées et de maisons enchevêtrées et superposées  dans lequel chaque habitant aura son propre  accès par sa propre terrasse jardin faisant office de sas d’entrée.

Le projet  intègre  l’ensemble des documents de cadrage et de référentiels en œuvre sur le territoire de la Métropole de Lyon : Référentiel Habitat Durable pour la qualité environnementale dans la construction de logements, Charte Rhône+

Logements collectifs Les cabanes de Sermenaz à Rillieux la pape - AUM architecture - Pierre Minassian

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Lauréat de concours en collaboration avec le promoteur immobilier Pitch, le projet de logements collectifs « Les cabanes de Sermenaz » est conçu par l’agence AUM et se situe à Rillieux-la-Pape en continuité du quartier dit « La ville nouvelle ». L’aménagement envisage la réalisation d’un immeuble de 27 logements destiné à l’accession Libre et d’un immeuble de 16 logements destiné au Locatif Social.

En situation de balcon à l’entrée de la forêt de Sermenaz, le site  des Cabanes de Sermenaz est en rapport direct avec un milieu naturel remarquable. Séduits par le jeu des nuances des lumières, la richesse écologique et la fraîcheur  de cette forêt ; le parti-pris du projet est de l’invitera se prolonger naturellement au cœur des logements.

Le projet développe une densité moyenne, des espaces publics structurants et végétalisés et une perméabilité avec les espaces privés ; pour se rapprocher du concept du « parc habité ». Un travail a été fait sur l’épannelage des constructions pour une transition douce avec le tissu urbain environnant. Le projet, en articulation entre la ville nouvelle et le parc boisé, vise à faciliter l’accès au parc des Balmes ; par la création et la valorisation de nouvelles entrées.

Afin de répondre aux particularités du site et offrir une meilleure qualité de vie une implantation en « escalier » le long de la voie primaire sud permet un retrait paysage le long de la voierie. Une percée visuelle de largeur importante est installée entre les bâtiments. L’alignement des pignons animés sur l’espace public renforcent les aces et la dorsale paysagère.

Les façades sculptées et rythmées par n jeu de redents en cœurs d’ilot montrent l’assemblage de cellules intérieures dans une composition maitrisée. Cette impression d’imbrication est accentuée encore plus par un jeu d’opposition entre deux valeurs claires et sombres. Cette composition est particulièrement intéressante car elle permet à chaque individu de se sentir chez lui et de pouvoir identifier de l’extérieur son « chez lui ».

En situation de balcon à l’entrée de la forêt de Sermenaz, le site  des Cabanes de Sermenaz est en rapport direct avec un milieu naturel remarquable. Séduits par le jeu des nuances des lumières, la richesse écologique et la fraîcheur  de cette forêt ; le parti-pris du projet est de l’invitera se prolonger naturellement au cœur des logements.

Le siphon de la Mulatière / AUM Pierre Minassian / Lyon Confluence

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Le projet du Siphon porte sur la requalification des installations d’assainissement du siphon de la Mulatière qui se situe à la pointe de la Confluence entre le Rhône et la Saône et est conçu par l’agence AUM de Lyon entre 2013 et 2016. Il est constitué d’un bassin de dessablement par lequel transitent les eaux usées de la presqu’île lyonnaise avant d’être filtrées dans le local dégrilleur existant puis rejetées sous la Saône jusqu’à la rive droite.

Le projet de requalification des installations d’assainissement du siphon de la Mulatière consiste en plusieurs points.

En premier lieu Pierre Minassian et son équipe ont dessiné les bassins de dessablement existants par un « tunnel » en charpente métallique de type bâtiment industriel qui viendra se connecter au bâtiment des dégrilleurs existants. L’articulation des deux bâtiments permet de créer un espace couvert pour le stockage des bennes à sable. L’ensemble du bâtiment est clos ce qui permet de contrôler précisément les émanations d’odeurs pouvant être gênantes pour le musée.

La deuxième étape du projet est de recouvrir l’ensemble du bâtiment d’une seconde peau afin de ne percevoir qu’un seul volume uniforme. Celui-ci ne doit pas rivaliser avec l’architecture du musée et ainsi se fondre au pied du mur de soutènement. La peau extérieure se compose de larges facettes triangulaires en tôles acier laquées de teinte naturelle avec deux types de perforations. Une perforation large en toiture et une plus fine sur les contours sont employées afin de souligner les lignes tendues du projet. Le volume se veut uniforme et discret. Une bordure chasse-roue viendra protéger  toutes les faces accessibles dommageables du bâtiment. L’esplanade au sud du projet sera engoudronnée jusqu’au quai de Saône. L’espace entre le mur de soutènement et la façade nord sera engravilloné.

Collège Jules Ferry / AUM Pierre Minassian / Roanne

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Le projet du collège Jules Ferry à Roanne a été livré par les agences AUM de Roanne et de Lyon à la fin de 2016.  L’implantation d’un volume compact, articulé avec le bâtiment galerie existant par le hall d’entrée, recompose lisiblement le site en structurant trois pôles extérieurs :

  • L’allée Simone Weil est prolongée afin de desservir les entrées château et collège de manière distincte. Cet aménagement réoriente l’entrée du collège.
  • Le large parvis Est constitue un espace intermédiaire accessible depuis l’allée Simone Weil prolongée.
  • Cet espace sécurisé met en scène les volumes ouverts du hall d’accueil.

La cour des élèves, point central de l’établissement, intègre le préau dans le prolongement de la galerie existante. La structure du préau assure un lien entre la façade classique de la galerie et la demi-pension contemporaine.

L’expression architecturale sobre du volume de deux étages de salles de classe renforce la cohésion de l’ensemble autour des espaces verts revalorisés.

Les espaces CDI, professeurs en rez de chaussée sont agrémentés de 3 patios. De larges lames brise-soleil filtrent la vue et structurent le soubassement du bâtiment. Ce traitement se prolonge à l’Est sur la salle polyvalente. Les lames horizontales de la double façade Sud des étages assurent une maîtrise de l’ensoleillement des 2 niveaux de classe et renforcent la perception urbaine du projet.

Les volumes de pignon sont ouverts à l’Est et à l’Ouest derrière des brise-soleil à lames verticales.

Par sa compacité le bâtiment neuf regroupe l’ensemble des éléments du programme dans une emprise limitée. Le volume principal s’organise autour d’une « rue intérieure ».

La constitution de ce « pôle fonctionnel » au RDC permet aux inter-cours, récréations et après le repas d’offrir aux élèves un accès direct à tous les éléments de vie de l’établissement depuis le hall ou le préau. Cette disposition a aussi l’intérêt de faciliter la surveillance limitant au minimum le nombre d’élèves dans les étages en dehors de périodes de cours. Les circulations ne comportent pas de cul de sac.

Chaque flux (élèves, personnels, véhicules et services)  est géré indépendamment, depuis des accès  spécifiques en assurant une sécurité maximum pour les élèves et les piétons.

Le bâtiment est composé d’un rez-de-chaussée et 2 étages sur vide sanitaire pour faciliter les dessertes techniques.  Une structure béton a été retenue pour le rez-de-chaussée et le noyau central de la « rue intérieure ». Les étages sont traités en structure bois, poteaux poutres + plancher collaborant bois béton, et murs à ossature bois. Les couvertures sont en charpente bois avec support d’étanchéité bois, isolation et toiture végétalisée. Les façades sont en béton au rez de chaussée et en vêture lisse sans entretien de type « Natura Eternit » ou similaire dans les étages. Bien que le bois soit largement présent dans le projet, son utilisation est limitée aux ouvrages intérieurs non exposés aux intempéries.

 

 

Logements collectifs Belgrade waterfront - AUM architecture - Pierre Minassian

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Etudes de projet en cours. Le projet architectural de logements collectifs que l’agence AUM de Lyon a conçu pour la ville de Belgrade au sein du masterplan  « Belgrade Waterfront » a pour but de faire renaitre la friche aujourd’hui délaissée entre le fleuve Sava et les anciens chemins de fer et redonner ces lieux précieux à ses habitants.

Pierre Minassian et son équipe décident donc de dessiner un îlot réconciliant la fonction publique du rez-de-chaussée commercial et des étages d’habitation tout en visant à garder l’échelle humaine et les besoins hygiénistes de lumière dans cette conquête de l’espace à la verticale due à la densité grandissante. Une subdivision à la fois verticale et horizontale des volumes construits émerge, en conséquence quatre types d’entités  sont conçus, chacun jouant son rôle dans la définition des différents lieux.

Tout d’abord se pose un socle au niveau du RDC accueillant les activités commerciales et ainsi construisant un front urbain immédiat – son enveloppe en verre assure une transparence filtrée vers le cœur d’ilot végétalisé et donne l’impression d’un espace urbain plus large, plus riche. Les quatre angles de l’ilot se dressent comme des prolongations verticales du rez-de-chaussée en reprenant le traitement extérieur et l’adaptant au changement de fonction passant d’espaces commerciaux en habitations.  Le traitement différencié des angles vise à les élever comme un signal au sein l’éclectisme né au fil des années à Belgrade et marquer sa place. Ensuite s’ancrent entre les deux éléments précédents des entités compris de modules d’habitation qui permettent une grande flexibilité du plan et qui proposent des grandes loggias ouverts sur l’extérieur. Le tout est couronné par un niveau d’attique en retrait des façades principales assurant une pénétration maximale de la lumière naturelle au niveau du sol.

La diversité du passage du collectif vers le privé est assurée par les différents types d’espaces en plein air. L’accès aux logements donne sur le cœur d’ilot afin de favoriser des rencontres entre les habitants hors le pétillement de la rue. Une attention particulière est portée au traitement végétal du cœur d’ilot. Les espaces communs montent en intimité en montant en hauteur – les volumes bâtis aux étages s’interrompent afin de laisser place à des terrasses collectives abritant une vie partagée propre qu’aux habitants.

Les façades proposent une relecture contemporaine de l’architecture constituant les grands boulevards de Belgrade en mariant la pureté de composition avec la modularité. En évitant les continuités évidentes nous avons réussi à inclure des porosités visuelles. Nous avons favorisé l’utilisation de matériaux naturels et bruts tels le béton blanc, l’acier et le verre qui sont non seulement durables mais contribuent à la sobriété du projet.

aum minassian architectes

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Chantier en cours. Le projet concerne la reconstruction d’un bâtiment d’hébergement accueillant 66 résidents. Ce projet est destiné à accueillir une maison de retraite gérée par la congrégation des Petites Sœurs des Pauvres. Le site de la maison de retraite  » Ma Maison » est implanté sur le plateau de la Croix-Rousse à Lyon, à l’angle de la rue Henri Gorjus et de la rue Jacques-Louis Hénon. Notre agence d’architectes de Roanne et de Lyon a souhaité implanter le bâtiment en limite de voie sur la rue Hénon et en limite de propriété côté Ouest au niveau de la mitoyenneté avec la crèche municipale. Cette implantation particulière en limite séparative est nécessaire pour cet équipement d’intérêt collectif de manière à sécuriser l’accès à la cour de service par un large porche et se justifie par la morphologie urbaine générale de la rue Hénon, à savoir une continuité du front bâti aligné sur rue. Les locaux sont répartis de la manière suivante:

    • au rez-de-jardin, une cour de service donne accès à la blanchisserie, à l’atelier, à des locaux techniques et des caves. Un parc de stationnement couvert propose 37 places de stationnement.
    • au rez-de-chaussée se trouvent l’accueil et des locaux administratifs, la salle à manger des résidents, la cuisine et des locaux sociaux, diverses pièces de vie, ainsi que la salle polyvalente, et la chapelle de la congrégation.
    • au niveau 1, deux zones d’hébergement résidents, les locaux de soins et d’ergothérapie.
    • au niveau 2, deux zones d’hébergement résidents, des chambres des petites sœurs des pauvres et les locaux de la communauté.
    • au niveau 3, deux zones d’hébergement résidents, et les chambres des petites sœurs des pauvres.

Le niveau 4 partiel abrite uniquement des locaux techniques; chaufferie et CTA.

Ce projet d’architecture contemporaine à Lyon s’appuie sur la qualité du parc et la végétation existante pour proposer plusieurs séquences paysagères aux visiteurs et aux résidents depuis l’entrée au nord jusqu’au jardin existant au sud. Le premier espace végétalisé à mettre en valeur est complètement reconsidéré et reconstruit par strates à l’image de l’architecture des bâtiments : des massifs plantés de fleurs et d’arbustes par bandes sont créés au niveau du parvis et du patio ouvert sur lequel donne les chambres des résidents. Le deuxième espace vert à mettre en valeur est aménagé en parc d’agrément : un remodelage des allées sera effectuée, mais le tracé sera conservé afin de ne pas impacter les arbres existants tout en favorisant la promenade. L’espace boisé classé dans son prolongement en partie sud-ouest n’est pas impacté par le projet. Le traitement des façades suit un principe similaire sur les trois ailes, dans le but d’apporter une cohérence et unité sur l’ensemble du site. Le rez-de-chaussée et le rez-de-jardin forment un soubassement, marqué par un parement en pierre.

Les façades des étages courants (R+1 et R+2) sont en béton blanc avec des trumeaux en béton matricé constituant, à chaque niveau, un bandeau horizontal intégrant les ouvertures. Le niveau 3 est traité à la façon d’un attique. Il se démarque du reste du bâtiment par la multiplication des ouvertures aux proportions verticales et le béton teinté gris des trumeaux accentue ce contraste.
L’architecture de la chapelle se caractérise par un volume simple et épuré reprenant le rythme vertical de l’étage en attique mais en béton blanc. Ses façades Nord et Sud sont marqués par de fortes verticales alternant pleins saillants en béton blanc et creux transparents sur toute la hauteur. Sa façade Est pleine est « fendue » en son milieu par une verticale en retrait sur toute la hauteur. Seule l’émergence du clocher à l’angle Nord-Est exprime sa fonction de chapelle.

Ce projet HQE (haute qualité environnementale) est respectueux de l’environnement et répond au label BBC

aum minassian architectes

Ecrit par & déposé en vertu de Projets.

Chantier en cours. Le site de la maison de retraite  » Ma Maison  » est implanté à l’Est du centre-ville de Lons-le-Saunier, entre l’avenue Camille Prost au Sud et la rue des Mouillères au Nord. A l’Ouest un parking public et le square du 8 mai 1945 sépare le site de l’avenue Paul Seguin. Le site est bordé, à l’Est, par de l’habitat de type petits collectifs et maisons individuelles, au Nord par de l’habitat de type petits collectifs et au Sud par les thermes et le parc des bains. Une entrée publique piétonne sera ouverte en partie centrale sur la rue des Mouillères à proximité de l’accueil de la zone hébergement résidents. Un accès véhicules pour les ambulances, les engins de secours, les visiteurs, le personnel et les livraisons est ouvert sur la rue des Mouillères, en limite Nord-Est du site. La partie Nord-Est du terrain est classée en espace vert protégé. Le bâtiment existant principal existant, épuré de ses appentis parasites conserve sa façade en pierre et sa toiture. Seules les petites parties saillantes en façades Est et Ouest seront habillées de zinc en rappel de l’habillage zinc partiel du bâtiment neuf.

L’extension se décompose en trois volumes: le bâtiment d’hébergement proprement dit, et deux ailes de liaison formant trait d’union avec le bâtiment existant. Nos agences d’architectes d’Oyonnax, de Roanne et de Lyon ont conçu ce bâtiment dans le respect du patrimoine existant. Il vient entourer l’église existante. Le rez-de-chaussée du bâtiment d’hébergement, recevant les zones de vie, forme un grand plateau sur lequel sont posés en partie Ouest, les 3 niveaux des chambres résidents et le niveau 4 partiel, divisés en deux blocs. Ces deux blocs sont reliés en partie sud. (Cette liaison sera traitée de la même façon que les deux ailes). Les façades Ouest et Nord du rez-de-chaussée, donnant sur la circulation extérieure seront traitées comme un soubassement. Les façades Est et Sud du rez-de-chaussée donnant sur les espaces verts, seront presque entièrement vitrées sur les pièces de vie. Les façades des niveaux 1 et 2 de la zone hébergement sont en maçonnerie béton + peinture minérale, les proportions des ouvertures des chambres se rapprochent de celles des ouvertures existantes. Le niveau 3 sera habillé en zinc et traité à la façon d’une toiture mansardée.

Ce projet HQE (haute qualité environnementale) est respectueux de l’environnement et répond au label BBC